Jacques TRUPHEMUS

Né à Grenoble le 25 octobre 1922.

Vit et travaille à Lyon et dans les Cévennes.

1934 – 1940
Etudes au lycée Champollion de Grenoble. Découvre la peinture du XVIIe siècle et celle du XXe siècle au Musée de Grenoble, devenu premier musée d’Art Moderne en France grâce au legs Agutte-Sembat de 1923.
Se passionne parallèlement pour Baudelaire et ses textes critiques, pour le Journal de Delacroix, les écrits du peintre Fromentin, les lettres de Cézanne et pour celles de Van Gogh.

1937 Première période de création à Grenoble, réalisation de ses premières peintures à l’huile sur le thème du paysage et de la nature morte. Andry-Farcy, le conservateur du musée de Grenoble l’encourage.

1941 Installation à Lyon pour y suivre l’enseignement de l’Ecole des Beaux Arts où il a pour professeurs Chancrin, Laplace, Chartres et Vieilly. Réalise quelques copies au musée St Pierre (actuel musée des Beaux Arts) et ses premières toiles sur Lyon.

1943 – 1945
La guerre et la maladie l’obligent à interrompre ses études.

1945 – 1946
Termine ses études dans la classe de Chartres où il retrouve ses amis André Cottavoz, Jean Fusaro, Philibert-Charrin, Hélène Mouriquand et Pierre Coquet.

1947 Part à Paris. Veilleur de nuit, il dessine parallèlement à la Grande Chaumière.

1948 Est nommé sociétaire du Salon du Sud-Est à Lyon.

1950 Mariage en décembre avec Aimée Laurens. Durant cette période, il travaille en usine toute la semaine et peint le dimanche.

1951 Rencontre les photographes Blanc et Demilly.

1952 – 1953
Doit se reposer pour raison de santé. Séjourne à Hauteville.

1955 Rencontre le critique Marius Mermillon, ardent défenseur de la peinture à Lyon et ses premiers amateurs. Prend possession de l’atelier du peintre Etienne Morillon (décédé en 1949), précédemment atelier du peintre Servan.

1956 Quelques toiles sont en dépôt à la galerie Monique de Groote à Paris et à Bruxelles. Première rencontre avec le Dr Jacques Miguet. et son épouse. Une grande amitié s’en suivra jusqu’à sa mort en 1985. Plusieurs expositions en rendront témoignage, soit aux Granges de Servette, soit au Conservatoire d’Art & d’Histoire d’Annecy, soit au Musée d’Yvoire.

« Partageant une vraie passion de l’art et une égale curiosité des moyens d’expression propre à chaque civilisation ­ sa générosité naturelle l’a conduit très tôt, à exposer de jeunes peintres, leur manifestant un sentiment de confiance, sensible aux difficultés qu’ils pouvaient rencontrer.

Son amour de la peinture qu’il savait faire partager, la chaleur de son accueil sont toujours aussi présents dans le souvenir de ceux qui l’ont connu. »

J. Truphémus

1956 – 1958
Contrat partiel avec M. Antig (galerie Tooth) en exclusivité pour l’Angleterre et la Suisse.

1957 Obtient le Prix de la jeune peinture méditerranéenne à Nice. Séjourne à Nice, expose au Palais de la Méditerranée et entame un travail sur le thème de Nice.
Paris, achat par l’Etat de Personnages au bord de la mer.

1958 Paris, Prix Marianne Gilbert à la galerie Bernheim Jeune Dauberville.

1959 Achat d’une peinture pour le musée d’Annecy Place Bellecour à Lyon de 1958 par le conservateur M. Laurens. Paris, signature d’un contrat d’exclusivité avec la galerie Romanet où il exposera jusqu’en 1968. Il rencontre par l’intermédiaire de la galerie le critique Claude Roger-Marx.
Achat par l’Etat d’une peinture  » Le Rhône » retenue pour le musée de Saint-Etienne où l’œuvre est déposée par le conservateur M. Maurice Allemand. » Le Rhône » est aujourd’hui au Consulat général de France à Genève.

1960 Multiplie les séjours à Collioure, Honfleur, Venise, Nice, villes dans lesquelles il s’inspire de la lumière. Parallèlement, se rend en Bretagne, sur les Côtes du Nord dans la deuxième moitié de la décennie. Il découvre la Belgique et la Hollande à travers Ostende, Urk et surtout l’importance de la lumière du Nord.
Achat d’une toile intitulée Une petite place à Lyon de 1957 par le Musée de Genève.

1961 Commande d’une peinture pour la Brasserie des Archers à Lyon, Coucher de soleil sur la Saône.

1966 Don du peintre au musée d’Annecy de Bord de mer, Nice, Promenade des Anglais daté de 1962

1970 Voyage au Japon : Tokyo, Kyoto, Osaka. Ce séjour provoque un changement dans son travail avec un intérêt nouveau porté aux couleurs pastels, à la ligne et au dessin.

1970 – 1980
S’inspire abondamment de la ville de Lyon et de ses cafés. Il oriente aussi son travail vers des thématiques plus intimistes comme les natures mortes et les intérieurs de son atelier. Cette période est marquée par la rencontre avec l’écrivain Louis Calaferte.

1974 Un film réalisé par André Bonnardel est tourné par FR3 dans l’atelier du peintre sous la forme d’un entretien avec Louis Calaferte (durée 20′).
Parution de Croquis du Japon avec Notes de voyages de Marcel Gut, édité à l’Enseigne du verseau, par Roth et Sauter, Lausanne.

1978 Achat de deux toiles par le musée des Beaux Arts de Lyon, Au Café de 1975 et La Verrière de l’atelier de 1977.

1979 Reçoit le Prix de l’association des critiques d’art lyonnais et expose à cette occasion à l’E.L.A.C. Illustre Croyance de Louis Bourgeois, Le verbe et l’empreinte, atelier d’Art, St Laurent du Pont, 50 ex.

1982 Décore les salons du restaurant Henry à Lyon : 8 grandes peintures sur le thème de Lyon.

1985 Un livre lui est consacré édité par les Editions du Verseau à Lausanne et la Bibliothèque des Arts à Paris, textes de Bernard Clavel, René Déroudille, Charles Juliet, Jean-Jacques Lerrant.
Illustre Rurales de Jacques Chauviré, 6 illustrations en noir, Maison du livre, Pérouges, 2000 ex.
Illustre Vol irrévocable, poème de Pierre Etienne, Edition de Taizé, Saône et Loire et Londoniennes de Louis Calaferte, illustration en couverture, Edition Le tout sur le tout, Paris.

1986 Rencontre le peintre Balthus.

1988 Un entretien avec Jean-Jacques Lerrant est filmé dans l’atelier, réalisation Alain Vollerin, Lyon (durée 38’30).

1989 Rencontre le photographe Cartier-Bresson.

1990 Le galeriste parisien Claude Bernard le contacte et lui propose d’exposer dans sa galerie. Jacques Truphémus y est présent depuis 1990.
Il travaille dans les Cévennes où il s’inspire de la nature environnante, des scènes d’intérieur, thématiques qu’il développe toujours aujourd’hui.

1991 Livres illustrés, musée de l’Imprimerie, Lyon. A l’occasion de la sortie de Silex, poèmes de Louis Calaferte illustrés par Truphémus, Editions Les Sillons du Temps.

1993 Un film sur Truphémus est réalisé par M. Van Zele, pour FR3 Lyon.

2000 En janvier, décès de son épouse, Aimée.

2003 Fait don au musée Paul Dini d’une œuvre de son ami Henri Lachièze-Rey, Consommateurs dans un café.

2004 – 2005
Préparation de l’exposition du musée Paul Dini.

2005 Les trois lumières de Truphémus, film réalisé par Georges Combe et Jean-Jacques Lerrant, CLC Production (durée 52′).

 

EXPOSITIONS PERSONNELLES

1949 Galerie-librairie Repelin-Perriot, Grenoble

1954 Galerie Peuple et Culture, Annecy

1955 Galerie des Jacobins, Lyon

1956 Galerie des Jacobins, Lyon

1958 Hôtel de la Poste, expose avec J. Fusaro à Douvaine

1959 Galerie Perrière, Annecy
Galerie Montmorency, Paris
Galerie Romanet, Paris – Préface du catalogue par Claude Roger-Marx

1960 Palais de la Méditerranée, Nice

1961 Galerie St Georges, Lyon

1962 Galerie Romanet, Paris, Truphémus (catalogue)
Galerie St Georges, Lyon

1964 Galerie Romanet, Paris
Galerie St Georges, Lyon

1967 Galerie Romanet, Paris, Truphémus (catalogue)
Galerie St Georges, Lyon

1971 Galerie Bettie Thommen, Bâle
Granges de Servette, Douvaine Jacques Truphémus : 10 ans de peinture

1972 Château-Musée, Annecy, Truphémus, Du Nord en Orient, relation d’un voyage, 70 peintures du Japon : rue d’Osaka, Temples, etc. catalogue.

1974 Galerie Kriegel, Paris, Truphémus (catalogue)

1978 Maison de Lyon, Lyon, Truphémus : Peintures 1972 – 1977 (catalogue)

1979 E.L.A.C., Lyon, Prix de l’Association des critiques d’art lyonnais et exposition à la salle Marius Mermillon.

1980 Galerie St Georges, Lyon, Truphémus. Dessins-Aquarelles

1986 Musée des Beaux Arts, Lyon, Truphémus (catalogue)
Galerie Bellefontaine, Lausanne
Galerie Kelten Keller, Zurich

1988 Galerie Bellefontaine, Lausanne

1990 Galerie Claude Bernard, Paris Truphémus : Peintures & Pastels (catalogue)
L’Arsenal, Metz

1991 Palais Carnolès, Menton
Galerie Fert, Yvoire

1992 Cloître St André-le-Bas, Vienne, Truphémus (catalogue)

1993 Galerie de la Cité, Carcassonne, Truphémus (catalogue)
Exposition réalisée parle Conseil général de l’Aude avec le concours de la galerie Claude Bernard et de l’Hôtel de la Cité.

1994 Galerie Claude Bernard, Truphémus : Peintures, récentes (catalogue)

1995 Galerie Claude Bernard, Paris

1996 Salon du Sud-Est, Lyon, Exposition personnelle : Truphémus (catalogue)

1999 Château communal, Hauterives, Jacques Truphémus (catalogue)

2000 Le Rectangle, Lyon, Jacques Truphémus (catalogue)

2002 Galerie Claude Bernard, Paris, J. Truphémus. Peinture récentes (catalogue)

2003 Maison de Pays de la région de Mornant, Mornant, J. Truphémus : Œuvres sur papier (catalogue)

2005 – 2006
Musée Paul Dini, Villefranche-sur-Saône, Jacques Truphémus. Un peintre de l’intime. Peintures et pastels 1951 – 2005 (catalogue)

2008 Couvent des Cordeliers, Châteauroux
Château de Vogüé, Ardèche

 
EXPOSITIONS COLLECTIVES

1946 Salon du Sud-Est, Lyon (19e)

1947 Chapelle du Lycée Ampère, Lyon, Salon du Sanzisme
1er salon des moins de 30 Ans. Expose avec Cottavoz, B. Buffet, etc
Salon du Sud-Est, Lyon (20e)

1948 Salon des moins de 30 Ans, Paris
Salon du Sud-Est, Lyon (21e)

1949 Musée de l’Athénée, Genève – 11 peintres français indépendants
Salon du Sud-Est, Lyon (22e)

1950 Exposition itinérante en Sarre sous le patronage du journal Art
1950 Salon du Sud-Est, Lyon (23e)

1951 Galerie Troncy, Lyon. Expose avec Hélène Mouriquand
Salon du Sud-Est, Lyon (24e)

1952 Salon du Sud-Est, Lyon (25e)

1953 Salon du Sud-Est, Lyon (26e)

1954 Salon du Sud-Est, Lyon (27e)

1955 Salon du Sud-Est, Lyon (28e)

1956 Salon du Sud-Est, Lyon (29e)

1957 Musée d’Art Moderne, Paris, Artistes lyonnais contemporains
Casino, Vichy, Lyon et les arts
Musée du Vieil Yvoire, Yvoire, Jeunes peintres de l’Ecole lyonnaise
Maison des Arts, Stuttgart, Peintres lyonnais
Palais de la Méditerranée, Nice, Peintres Méditerranéens, Lauréats des Prix de la jeune peinture méditerranénne présentés par l’UMAM
Salon du Sud-Est, Lyon (30e)

1958 Galerie Montmorency, Paris, Peintres Lyonnais
Galerie Art Vivant, Paris, exposition des lauréats des prix de peinture
Salon du Sud-Est, Lyon (31e)

1959 Galerie Ferrero, Genève, Air de Paris
Salon du Sud-Est, Lyon (32e)

1960 Galerie Romanet, Paris, Cinq peintres à Venise
Galerie Romanet, Alger
La Petite Galerie, Chambéry
Galerie Iris, Paris, Poètes du Figuratif
Kaplan Gallery, Londres
Galerie St Georges, Les Lyonnais regardent Lyon
Salon du Sud-Est, Lyon (33e)

1961 Musée de Valence, expose avec Humblot, Baboulène, Yankel
Altonaer Museum, Allemagne, Das Schiff
Galerie Anne de Francony, Nice
Galerie, Duncan, Salon du Midi, Paris
Salon du Sud-Est, Lyon (34e)

1962 Salon des terres latines, Paris
Rencontres lyonnaises organisées par l’AGE, Lyon
Galerie Decré, Nantes
Musée Hébert, La Tronche
Salon du Sud-Est, Lyon (35e)

1963 Galerie Romanet, Paris, 200 aquarelles et dessins, de Renoir à Picasso
La Cabro d’or, Baumanière, Baux-de-Provence
Galerie St Georges, Lyon, expose avec Adilon, Aubert, Coquet, Cottavoz, Garbell, Lachièze-Rey, Philibert-Charrin et Saint-Jean
Granges de Servette, Douvaine, expose avec Cottavoz et Eric Schmid
Salon du Sud-Est, Lyon (36e)

1964 Galerie Romanet, Cent tableaux de maîtres d’hier et d’aujourd’hui
Galerie Menuisement, Rouen

1965 – 1966
Galerie St Georges, Lyon, exposition avec Micheline Colin, Cottavoz, Lachièze-Rey, Maly, Philibert-Charrin et Eric Schmid.

1966 Palais de la Méditerranée, Nice, Vingt années de jeune peinture
Galerie Gattlen, Lausanne
Château-Musée, Annecy, Cent ans de peinture lyonnaise
6ème Biennale de Peinture, Menton, (catalogue)
Salon du Sud-Est, Lyon (39e)

1967 Salon du Sud-Est, Lyon (40e)

1968 Galerie Tamenaga, Tokyo, Ecole de Paris
Salon du Sud-Est, Lyon (41e)

1969 Maison de la culture, Grenoble, Peintres de Lyon

1970 Galerie St Georges, Lyon, exposition avec Cottavoz, Fusaro, Lachièze-Rey, Maly et Veimberg
Salon du Sud-Est, Lyon (43e)

1971 Exposition internationale, Foire de Francfort, Milan-Francfort-Lyon
250 Estampes de Manet à Picasso, Lacenas-en-Beaujolais
Galerie St Georges, Lyon

1972 Maison de la culture, Privas
Salon du Sud-Est, Lyon (45e)

1973 Galerie Vallotton, Lausanne, Aquarelles
Salon du Sud-Est, Lyon (46e)

1974 Galerie St Georges, Lyon, Cottavoz, Philibert-Charrin, Truphémus
Salon du Sud-Est, Lyon (47e)

1975 Galerie Vendôme, Paris, Hommage à George Besson
Maison des artistes, Cagnes-sur-Mer, Ecole de Lyon 1950-1960
Galerie des Ursulines, Mâcon, Approches lyonnaises XIXe-XXe : peinture-sculpture (catalogue)
Crédit Commercial de France de Bordeaux, exposition organisée par la Galerie Kriegel à Bordeaux, Peintres et sculpteurs d’aujourd’hui
Salon du Sud-Est, Lyon (48e)

1976 Galerie Kriegel, Paris, Aspect de l’art contemporain
Galerie St Georges, Lyon, Natures mortes et gastronomie lyonnaise
Salon du Sud-Est, Lyon (49e)

1977 Musée de Mâcon, Mâcon, Peintres lyonnais contemporains
Atrium de la Caisse d’Epargne, Lyon, La lumière lyonnaise
Salon du Sud-Est, Lyon (50e)

1978 Centre Valéry Larbaud, Vichy
Galerie Marc Lacruz, Belleville-sur-Saône, Dessins et aquarelles
Salon du Sud-Est, Lyon (51e)

1979 Musée d’Art Moderne de Genève, Huit peintres de Lyon
Salon du Sud-Est, Lyon (52e)

1980 Parc des Expositions, 3ème Salon de la création artistique, Bourg-en-Bresse
Galerie St Georges, Lyon, Les Lyonnais regardent Soufflot
Salon du Sud-Est, Lyon (53e)

1981 Salon du Sud-Est, Lyon (54e)

1982 Espace Lyonnais d’Art Contemporain, Lyon, Lyon au fil des fleuves

1984 Salon du Sud-Est, Lyon (57e)

1985 Galerie des Granges, Lyon, Les peintres lyonnais
Salon du Sud-Est, Lyon (58e)

1986 Salon du Sud-Est, Lyon (59e)

1987 Galerie St Georges, Lyon, Lachièze-Rey et quelques uns de ses amis, avec Adilon, Coquet, Cottavoz, Fusaro, René Hamiot, Maly et Eric Schmid
Salon du Sud-Est, Lyon (60e)

1988 Galerie St Georges, Lyon, Lyon vu par ses peintres
Conservatoire d’Art et d’Histoire, Annecy, Les peintres ses amis… Hommage à Jacques Miguet

1989 Salon du Sud-Est, Lyon (62e)

1990 Galerie Romanet, Paris, Autour de Truphémus

1992 Salon de Mars, Paris, Peintures et pastels, stand galerie Claude Bernard (catalogue)

1993 Grand Palais, Paris, 3ème Salon du dessin de collection, stand galerie Claude Bernard (catalogue)
Centre culturel Valéry Larbaud, Vichy, Etienne Martin et Truphémus, 36e Salon de la ville de Vichy (catalogue)

1995 Fondation Léo et Napoléon Bullukian, Champagne-au-Mont-d’Or

1998 FIAC’98, Paris, stand galerie Claude Bernard, Jacques Truphémus. Huiles sur toile, œuvres récentes (catalogue commun avec l’exposition à la galerie Claude Bernard)

1999 Galerie du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Aix-en-Provence, Petites baies et grandes fenêtres (catalogue)

2000 Fondation culturelle de la BBK, Bilbao
Salon du Sud-Est, Lyon (73e)

2001 Galerie du Conseil général des Bouches-du-Rhône, Ca c’est le bouquet !(catalogue)
Musée Paul Dini, Villefranche-sur-Saône, exposition inaugurale, Le choix d’un collectionneur : une histoire de la peinture à Lyon et en Rhône-Alpes depuis 1875 (catalogue)
Salon de Mars, Genève
Salon du Sud-Est, Lyon (74e)

2002 Musée des Beaux Arts et d’Archéologie, J. Déchelette, Roanne, Fenêtre sur…Des post-impressionnistes aux contemporains, le thème de la fenêtre dans la peinture française du vingtième siècle (catalogue)

2003 Salon du Sud-Est, Lyon (76e)

2004 Salon du Sud-Est, Lyon (77e)

2005 Salon du Sud-Est, Lyon (78e)

2006 Salon du Sud-Est, Lyon (79e)

2007 Salon du Sud-Est, Lyon (80e)

2008 Granges de Servette, Douvaine, Cinquantenaire des Granges de Servette

 
COLLECTIONS PUBLIQUES

Département de la Haute-Savoie, Annecy
Musée-Château, Annecy
Musée d’Art et d’Histoire, Genève
Musée des Beaux-Arts, Lyon
FNAC, Puteaux (2 dépôts : Consulat de France à Genève et ministère de l’Equipement et des Transports)
Musée Paul Dini, Villefranche-sur-Saône

Mis à jour par C. Miguet – tél. 06.98.51.51.21 – le 22 février 2008

 

L’un des caractères de force de l’oeuvre de Truphémus tient à ce qu’en marge du clinquant des modes éphémères, Truphémus a su au long des années s’identifier lui-même et parvenir à la maîtrise de son registre personnel dont l’étendue est en profondeur. Cette démarche aboutit à une subtile réussite qui consiste en ce que la nature de l’homme et celle de l’oeuvre soient identiques …
L’écriture n’explique rien de la peinture. Toutefois, je serais volontiers tenté de dire que celle de Truphémus est faite pour les « sommets de l’âme ». Aucun doute qu’il soit tout autant poète que peintre, ce qu’on remarque chez les plus grands; et il n’est pas fortuit que devant cette oeuvre il s’établisse tout naturellement dans notre esprit un parallèle émotionnel qui a pour références Verlaine, Baudelaire, Corbière ou n’importe quel autre de ces inspirés.
C’est que les toiles de Truphémus sont »parlantes » ou plutôt « murmurantes », et qu’au delà de leur science technique, d’un surprenant raffinement, leur richesse réside dans leur contenu dont la troublante complexité s’échelonne en infinies nuances d’une espèce de désincarnation onirique jusqu’à une sensualité frémissante.
Sachons voir. Rien de ce que nous propose Truphémus n’est vide de sens. Rien chez lui de gratuit. Rien de virtuose. Derrière l’apparence anecdotique se dissimule chaque fois une profonde et sensible gravité, entre autres celle du temps qui nous échappe, ce presque tragique de nous savoir voués à l’incapacité d’immobiliser pour en jouir encore les instants d’émotions fugaces. Il y a chez lui de « l’instantanéiste ». C’est d’un insaisissable qu’il nous parle. C’est l’infixable que, comme par gageure, il réussit à fixer au travers d’images de personnages indéfinis que le temps semble toujours vouloir pousser hors de la toile, ou de sensations de couleurs ou d’atmosphères que nous avons tous ressenties, mais que nous savons indescriptibles et qui font partie du plus secret de l’excellence de nous-mêmes.
Que ce talent soit en mesure de traduire par le maniement de la matière ce que nous ne pouvons retenir que par la mémoire, cet impalpable, voilà qui fait que dans son extrême discrétion cette oeuvre est unique ­ et qu’il convient de la situer comme telle.

Louis Calaferte

 

Jacques Truphemus est décédé le 08 septembre 2017